Petit train va loin

Lorsque j’ai terminé mon secondaire en 2005, je me suis orientée vers une technique en éducation spécialisée à Rouyn-Noranda. Après un an et demi, au début de mes stages au centre jeunesse de Val-d’Or, je me suis bien rendu compte que ce n’était pas pour moi. Je crois que c’est entre autres le peu d’écart d’âge entre la clientèle et moi qui a fait en sorte que je n’étais pas en mesure d’intervenir de façon efficace. Aussi, je pense que je n’avais pas atteint le niveau de maturité nécessaire pour œuvrer dans ce domaine. De plus, être sur les bancs d’école n’a jamais été un plaisir pour moi.





J’ai donc délaissé ce projet pour commencer à travailler au Château Malartic comme serveuse, en attendant de voir ce que je voulais faire. En cours de route, j’ai entamé une formation en massothérapie qui n’a pas fait long feu non plus… Je suis finalement restée derrière le bar durant quatre années, où je me suis découvert une passion pour l’organisation d’événement et le service à la clientèle. À ce moment-là, mon rythme de vie collait bien avec cet emploi. J’aimais faire la fête et rencontrer des gens, et je pouvais faire tout ça en travaillant. Lors de ma dernière année